Actionnaires familiaux : plus jamais seuls !

développer son family business
Accueil » Vie des entreprises familiales » FRAM : la fin d’une sage familiale

FRAM : la fin d’une sage familiale

60 ans de saga familiale dans le tour operatoring
PARTAGER
, / 843
FRAM : la fin d’une sage familiale

En 2015, le groupe FRAM se déclare en cessation de paiements suite à l’échec du virage du numérique. Après des années de tensions familiales, Marie-Christine Chaubet et Georges Colson allument le calumet de la paix pour attirer les banques et réacquérir des liquidités pour faire face à ce moment difficile. Avec la consultation du Comité interministériel chargé d’aider les entreprises en difficulté (Ciri), FRAM s’oriente vers l’ouverture du capital et étudie les offres de plusieurs repreneurs. Retour sur cette saga familiale de près de 60 ans.

Création du groupe FRAM

En 1949, l’entreprise Fer Route Air Mer (FRAM) est fondée par un groupe d’amis toulousains avec à sa tête Philippe Polderman.

En 1991, la présidence de la holding FRAM Investissements est confiée à Georges Colson, son beau-fils, et la direction générale à sa fille, Marie-Christine Chaubet.

En 1999, pour les cinquante ans du groupe, il y a un changement de structure. Un conseil de surveillance est créé avec à sa tête Philippe Polderman et un directoire dirigé par Georges Colson. Marie-Christine Chaubet n’est pas oubliée et se retrouve directrice générale.

En 2003, la société accuse pour la première fois de son existence un déficit, avec une perte de 17 millions d’euros. Seuls 550 000 clients feront appel à ses services contre les 800 000 espérés.

La fissure familiale

En 2005, Georges Colson exprime son désir d’être président du Syndicat National des Agents de Voyage (SNAV). De ce fait il s’éloigne de l’entreprise familiale. Souhaitant également acquérir le poste de président du conseil de surveillance, il ne parviendra cependant qu’à obtenir le simple statut de membre. Au passage, Marie-Christine Chaubet passera présidente du directoire.

Tout bascule en 2006 quand Georges Colson succède à Philippe Polderman à la présidence du conseil de surveillance en battant Marie-Christine Chaubet à l’aide du soutien d’Air France et d’une partie de l’actionnariat familial. Il retire tous les pouvoirs à Marie-Christine Chaubet, double sa propre participation passant de 19% à 39.7% (elle en possède 40.93%) et nomme une personne extérieure à la famille pour la première fois de l’histoire de l’entreprise : Antoine Cachin.

Le terrorisme, destructeur de l’économie du voyage

Avec la montée du terrorisme dans les années 2000, les voyageurs résignent à voyager vers certaines destinations, creusant encore plus les pertes des voyagistes traditionnels. Les attentats de Sousse et Tunis en 2015 portent un coup d’arrêt aux grandes destinations de FRAM.

Après plusieurs années de pertes, le voyagiste toulousain avait fait état pour 2014 d’un résultat net consolidé « positif à hauteur de 4,4 millions d’euros », et d’un chiffre d’affaires en baisse de 8% sur un an, à 373 millions d’euros.

Le groupe Karavel rachète le voyagiste Fram

« Une vieille marque ne meurt pas » annonce le repreneur de l’entreprise familiale FRAM – Alain de Mendonça, PDG de Karavel Promovacances