Actionnaires familiaux : plus jamais seuls !

développer son family business
Accueil » Vous avez dit Family Business ? » 10 raisons pour lesquelles les entreprises familiales ne restent pas dans la famille

10 raisons pour lesquelles les entreprises familiales ne restent pas dans la famille

PARTAGER
, / 1028
10 raisons pour lesquelles les entreprises familiales ne restent pas dans la famille

Le Wall Street Journal a publié un excellent article sur les problèmes que rencontrent les entreprises familiales lors de la transmission. Voici un TOP 10 des raisons pour lesquelles 70% des entreprises familiales n’arrivent pas à dépasser la deuxième génération (enquête Family Business Institute) :

  1. Le traditionnel système de soutien familial disparaît, les enfants ne s’occupent plus des parents et n’ont plus la responsabilité d’assurer le business familial.
  2. Il n’y a plus de pression parentale à suivre la même profession que les parents.
  3. De nombreuses entreprises familiales sont issues de l’ancienne économie dans des secteurs d’activité qui n’intéressent plus les jeunes. Une entreprise familiale présente en milieu rural suscite moins d’intérêt que la ville.
  4. L’accès à l’éducation et aux choix de carrière s’est considérablement élargi donnant l’opportunité aux parents de financer de plus longues études aux enfants pour de meilleures situations hors de l’entreprise familiale.
  5. Les membres de la nouvelle génération sont plus éduqués avec des compétences dans des domaines variés, l’artisanat (par exemple) est moins bien vu en comparaison à des métiers de bureau de « col blanc ».
  6. La taille des familles diminue, il y a donc moins de candidats pour reprendre le family business.
  7. Les parents sont de très mauvais RP auprès des jeunes lors des réunions de famille : ils racontent les déboires quotidiens et frustrations liées au métier. La jeune génération se fait une mauvaise image de l’entreprise familiale.
  8. La génération qui dirige l’entreprise impose un mode de leadership aggressif qui a pour effet de rendre la jeune génération managériale et moins prête aux risques. Cela créé des conflits entre les styles de gestion qui éliminent l’intérêt d’une reprise.
  9. Comme l’auteur Bo Burlingham le documente dans son livre « Finish Big: How Great Entrepreneurs Exit Their Companies on Top », les fondateurs de l’entreprise ont un grand attachement au bien-être des salariés non familiaux qui ont participé à la construction de l’entreprise. Cette approche méritocratique peut devenir du favoritisme et tend parfois à dépasser celui porté aux enfants. L’approche peut devenir un frein pour les potentiels candidats de la nouvelle génération.
  10. Les nouvelles générations sont impatientes de faire carrière et de laisser leur propre trace dans la société. Ils n’ont plus envie d’attendre pendant de longues années le départ à la retraite de la génération précédente pour pouvoir enfin administrer l’entreprise familiale comme ils le souhaitent.

Retrouvez l’intégralité de l’article en anglais (lien direct).